Les effets de l'alcool sur la sant

Vous l’avez déjà constaté ou même vécu, l’alcool modifie l’état de conscience et le comportement de celui ou de celle qui en consomme : on n’est plus tout à fait le même quand on a bu, même un petit peu… En effet, l’alcool a des effets désinhibiteurs. Autrement dit, on ne voit plus les choses de la même façon, on oublie certaines règles de la vie en société, on se comporte différemment, un peu comme si on n’était plus soi-même.

 

 

 

Que recherche t-on quand on consomme de l’alcool ?

Les effets désinhibiteurs dont nous avons parlé peuvent paraître agréables lors d’une consommation très modérée d’alcool : on a l’impression d’être plus à l’aise avec les autres, d’être moins timide, de pouvoir mieux communiquer. C’est d’ailleurs ce qu’on peut rechercher consciemment afin d’oublier un peu ses soucis… Le problème de cette désinhibition, c’est qu’elle peut amener à se sentir de plus en plus fort, de plus en plus maître de soi alors qu’en réalité on l’est de moins en moins. On peut même être amené à boire de plus en plus en pensant qu’on maîtrise de plus en plus de choses. Pourtant, les réflexes sont moins vifs et la vigilance est moindre : c’est indéniable. Mais ce qui est plus grave, c’est qu’on peut parfois perdre pied et devenir agressif ou susciter de l’agressivité. Il est donc facile de passer d’une soirée conviviale à un incident ou même à un accident plus ou moins dramatique, à cause de l’alcool.

La question des limites

En effet, le glissement insidieux est possible entre : « se détendre en buvant un verre » et dépasser les limites pour se retrouver dans un état d’ivresse incontrôlée et incontrôlable avec les désagréments (nausées, vomissements, vertiges …) et surtout les risques que cela peut faire courir (incivilités, violences verbales ou physiques dont on peut être l’auteur ou la victime). Vous pouvez ainsi comprendre pourquoi c’est un problème important quand on est adolescent. C’est en effet une période de la vie où l’on se cherche beaucoup, où l’on cherche des limites et ses propres limites, où l’on a envie d’essayer des choses nouvelles…

Les dangers et les risques

Malheureusement, pendant cette période spécifique où l’on peut être fragile et influençable, l’alcool représente un danger au sens large, particulièrement important. Par ailleurs, le plus grand risque avec l’alcool est certainement celui de la dépendance. On peut ainsi être amené à penser que l’alcool est absolument nécessaire pour se sentir moins « coincé », moins « complexé ». Pourtant, se convaincre de cela, c’est se mettre en danger, c’est prendre le risque de ne plus pouvoir vivre qu’en étant quelqu’un d’autre. C’est aussi perdre quelque chose d’important : sa liberté !

Source : filsantejeunes.com